AMUREBA : réforme du soutien à l’audit énergétique dans le secteur non résidentiel

Afin de faciliter l’accès des entreprises et des associations aux audits énergétiques, le Gouvernement de Wallonie a décidé de simplifier les procédures et d’améliorer tout le processus d’accompagnement.

Sur proposition du ministre de l’Énergie et du Climat, Philippe Henry, un projet d’arrêté a dès lors été adopté, ce jeudi, en première lecture. Il porte sur l’octroi de subventions à l’audit ou à l’étude dans le secteur non résidentiel, pour l’amélioration de l’efficacité énergétique et la promotion d’une utilisation plus rationnelle et plus durable de l’énergie (AMUREBA).

Représentant plus de 40% des émissions de CO2 et de la consommation énergétique wallonnes, le secteur tertiaire, les entreprises industrielles et commerciales ont un rôle crucial à jouer dans la décarbonation de notre société.

Pour le ministre, Philippe Henry, « le secteur tertiaire, les entreprises et principalement les PME ont un besoin crucial de simplification de leurs démarches et d’un accompagnement personnalisé et de qualité sur l’ensemble des phases de leur projet de décarbonation.

Les coûts élevés de l’énergie renforcent encore ce besoin, si l’on veut atténuer la crise et permettre aux entreprises de maintenir leur compétitivité sur le long terme ».

Un seul dispositif : AMUREBA

Depuis le début des années 2000, la Wallonie soutient la réalisation d’audits et d’études préalables via le dispositif AMURE (Amélioration de l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) pour les entreprises et le dispositif UREBA (Utilisation Rationnelle de l’Energie dans les Bâtiments) pour les bénéficiaires institutionnels ou assimilés.

Pour que ces outils soient de véritables moteurs de la transition énergétique, il était impératif de les renforcer mais aussi de les rationaliser, moderniser et simplifier.

Les deux dispositifs ont donc été rassemblés en un seul : AMUREBA.

Quelques avantages :

  • Démarche simplifiée et dématérialisée via un outil de gestion internet des subventions ;
  • Un seul mécanisme de subvention et de labellisation des auditeurs ;
  • Élargissement de l’accompagnement sur toute la durée du projet avec un concept “clé en main" de la conception (audit/étude) à la vérification des performances, en passant par la mise en œuvre concrète ;
  • Synergies renforcées entre les différentes études pour constituer des plans d’action phasés s’inscrivant dans une logique à long terme ;
  • Délais de rigueur garantissant un traitement accéléré de ses demandes.

Il est à noter également que cette réforme élargit, par la même occasion, le type de bénéficiaires, puisque le dispositif de soutien sera désormais accessible aussi aux ASBL, à toutes les grandes entreprises ou encore aux communautés d’énergie.

La Région intervient à hauteur de minimum 75% du coût de l’audit pour tous les bénéficiaires.

Retour aux communiqués de presse